Le discours du Président de la République S.E.M. Jovenel Moïse dans le cadre de l’installation du Comité de Facilitation .

Peuple Haïtien,

L’heure est grave. En tant que Nation nous avons atteint des limites qui nous affaiblissent de jour en jour. Qui remettent en question notre existence en tant peuple libre et responsable de sa destinée.

Notre fierté ne doit plus être que d’histoire. Nous avons la responsabilité de poser les bases qui garantiront une destination entendue, partagée par toutes les couches de la société. Nous sommes dans le devoir d’entrer dans l’ère de la construction d’un pays libéré des démons de la division, de la haine et de nos querelles intestines.

Nous devons, par-dessus tout, cesser les pratiques qui nous ont conduites à la désolation, au malheur, à la précarité qui ne sont que les prémices d’un suicide collectif.

Je partage la peine de celles et ceux qui ont été endeuillés par les évènements de ces dernières semaines, qui ont perdu leurs emplois, qui ont vu s’arrêter leurs activités ; ceux et celles qui ont été obligés de descendre dans les rues pour crier leur faim, leur chômage, leur soif de justice et d’équité ; ceux et celles qui ont été traumatisés par les choses vues ou entendues.

Nous avons malheureusement été encore une fois témoin de troubles qui ont sévèrement fragilisé notre économie, qui ont touché l’avenir de notre pays dans l’âme, et qui nous forcent à remettre en question nos structures institutionnelles et nos choix de politique publique.

Souvenez-vous qu’au-delà de nos différences et de nos divergences, nous avons en commun ce pays, cette terre, HAÏTI.

Seule une entente collective sur la manière de bien vivre ensemble et de partager les ressources peut garantir la transmission de nos patrimoines matériels et immatériels aux générations futures.

Nos pères fondateurs nous ont donné la liberté sur cette terre, une liberté qui fut forgée par l’unité, la cohésion des pensées, et l’engagement de toutes les classes dans l’avenir de ce peuple.

Depuis plus de 30 ans nous avons, entre autres caractéristiques, « L’INSTABILITÉ ».

À chaque cycle électoral, nous autres citoyens haïtiens formulons le vœu d’entrer dans une ère de stabilité politique nécessaire à la croissance économique et au développement social. VOUS ÊTES LE CHANGEMENT, ON EST TOUS LE CHANGEMENT.

Ce n’est que si nous tous, indépendamment de nos convictions politiques ou de nos intérêts particuliers, travaillons ensemble que nous pourrons répondre aux défis du pays. Et l’un des plus grands défis du pays était et reste encore l’instabilité politique. La façon dont nous relèverons ce défi déterminera notre capacité à éduquer nos enfants, à créer de bons emplois et à protéger notre patrie, en d’autres termes, garantir NOTRE AVENIR.

Dans la plupart de mes interventions, j’aime souvent répéter que la stabilité politique est le premier des biens publics. Aujourd’hui, je vous dis que la stabilité politique EST LE SEUL BIEN PUBLIC !

Konpatriyot mwen yo,

Anpil moun, anpil pati politik, anpil asosiyason sosyete sivil fè pwopozisyon sou fason nou kapab soti nan kriz nap travèse depi plis pase 30 lane, e ki chak jou ap vin pi grav.

Mwen tande yo. Se responsablite’m kò m Chèf Leta ki gen yon obligasyon istorik pou’l mete ansanm tout lide, tout vizyon, tout projè, pou nou ka trase ansanm, chimen pou peyi a pran.

Menmsi pwopozisyon yo anpil, men yo tout dakò se chita pou’n chita pale.

Pale pou nou konnen ki mòd gouvènans nou vle bay peyi a,

Pale pou nou konnen, ki pi bon mannyè nou ka pwofite de resous natirèl nou yo,

Pale pou nou konnen, ki pi bon fason nou ka atire gwo envestisman etranje nan peyi a,

Pale pou nou konnen, kijan nou ka ranfòse pwodiksyon nasyonal la,

Pale pou nou konnen, kouman nou ka poze baz pou yon devlòpman dirab nan peyi a,

Pale pou nou konnen, kouman nap kreye bonjan kondisyon pou anpeche jenès la kouri kite peyi.

Concitoyennes-concitoyens, responsables de partis politiques, responsables d’organisations de la société civile, entrepreneurs du secteur des affaires, étudiants, LA PAIX EST NECESSAIRE A CE DIALOGUE.

Le moment est propice pour les élites nationales, les élus et les fonctionnaires de l’État à tous les niveaux, pour chaque citoyenne, chaque citoyen de faire face à leurs responsabilités d’Haïtien d’identifier notre patrimoine commun en tant que Nation et de prouver que nous sommes capables de nous entendre.

Chef de l’État, j’ai assumé ma responsabilité en faisant appel à des filles et fils du pays, issus d’horizons divers, pour créer le Comité de Facilitation du Dialogue National Inter-haïtien. Je souhaite que ce comité travaille avec ardeur pour trouver la meilleure façon de mener ce Dialogue National Inter-haïtien qui devra aboutir à des propositions concrètes, respectueuses de la constitution, inclusives, pour conduire le pays vers la voie de la stabilité.

Il reste maintenant aux acteurs concernés, dont les deux autres Pouvoirs de l’État, la classe politique, le secteur des affaires, la Société civile, la Communauté internationale -à titre d’observateur- d’apporter tout leur appui et toute leur collaboration afin que les conclusions du dialogue reflètent la volonté de toutes et de tous.

Mesdames, Messieurs, les Membres du Comité,

La Nation entière compte sur votre discernement, votre perspicacité, vos capacités, votre impartialité quand il s’agit des intérêts nationaux.

Nous sommes persuadés que vous allez faciliter ce dialogue avec détermination, patriotisme et sagesse, en mettant en premier notre chère Haïti. Vous avez la lourde mission de mettre ensemble des idées issues de différents secteurs de la vie nationale.

Vous avez la chance qu’elles aient toutes en commun HAITI, et cherchent à établir un cadre idéal dans lequel se retrouvent les intérêts de tous et chacun.

Soyez assurés de mon soutien, de ma confiance et de celle de tout le Gouvernement.

Haïtiennes, Haïtiens,

Peyi a bezwen nou tout ! Peyi a bezwen chak grenn nan nou pou l remanbre !

Zansèt nou yo te konprann sa ! E se paske nwa te mete ak milat, esklav te mete ak afranchi ki fè jodia nou gen peyi sa ke mwen menm avè w dwe sove !

N ap sove peyi nou, Ayiti, lè n chita yonn ak lòt, lè n pale yonn ak lòt, lè n respekte opinyon yonn lòt. N ap sove Ayiti lè nou fè bon dyalòg san fòs kote, yon dyalòg ki fèt ak senserite, yon dyalòg kote tout moun patisipe, yon dyalòg ki mete enterè kolektif la an premye.

Chemen demokrasi a ak respè manman lwa peyi a pa fasil, men se sèl chemen kap garanti nou yon peyi kote tout moun ap santi yo byen pou viv ladan. Nou te pran lari kont grangou, kont lavi chè, kont kòripsyon, kont chomaj, mwen garanti nou ke mwen tande vwa nou, e tout desizyon gouvènman an ap pran, dwe pran nan enterè nou, pou soulaje kalamite nou. Gouvènman an bay tèt li devwa pou’l kontinye pran tout dispozisyon pou pote solisyon prese prese sou problèm pèp la ap travèse jodi a.

Frères et Sœurs Haïtiennes Haïtiens,

Quel que soit le secteur auquel vous vous identifiez, qu’il soit économique, intellectuel, politique, social, ou culturel ; quel que soit votre intérêt personnel, l’essentiel est de se parler. De s’asseoir pour s’écouter les uns les autres. NOU BEZWEN CHITA PALE ! NAP CHITA PALE ! NAP PALE TOUT BAGAY !

C’est l’exigence absolue de l’heure !

Frèm ak Sèm,

Trò souvan yo panse Ayisyen pa ka mete tèt yo ansanm pou diskite sou sa yo vle fè ak peyi a, pou avni pitit ak pitit pitit yo.

Se responsablite pa n pou nou fè lapè, pou nou ka bay ekonomi peyi a chans pou ‘l kreye djòb, pou nou redwi inegalite sosyal ak ekonomik yo, pou nou kwape lanmizè. Etranje pap ka fè sa pou nou.

Viv yon dyalòg nasyonal nan tèt ansanm ! Viv Ayiti ! Viv demokrasi !