Discours du Président de la République à l’occasion de la cérémonie d’installation de la Commission Nationale de Désarmement PRÉSIDENCE D’HAÏTI·

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de procéder à la réactivation de la Commission Nationale de Désarmement, de Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR), créée en 2006 mais rendue inactive en 2011. Une cérémonie d’autant plus significative qu’elle démontre la détermination de l’État à instaurer la paix et la stabilité qui constituent des facteurs importants pour la cohésion sociale et la croissance économique.

Le droit à la sécurité est un droit inaliénable que nous nous devons de garantir en tant qu’autorités.
Peyi a bezwen lapè. Fanm tankou gason, granmoun tankou timoun bezwen santi yo alèz nan katye lakay yo. Yo pa ka domi lè yap tande zam kap chante tout lannwit. Yo pap viv nonplis lè ensekirite anpeche yo defann degouden pandan jounen an.
Moun yo ap rele e Leta dwe tande rèl yo. Leta dwe reponn a detrès yo e pran responsabilite l nan pwoteje popilasyon sivil la kont tout move zak k ap simen lapèn ak dèy nan lavi yo chak jou. Leta dwe bay polis nasyonal la bon jan zouti ak akonpayman pou yo pwoteje lavi yo pandan y ap pwoteje popilasyon an.

Les armes illégales ne sont pas une garantie de sécurité ni une assurance de stabilité. Au contraire, elles nuisent à la sécurité et contribuent au déplacement forcé des populations et facilitent les violations des droits de la personne et entravent le développement socio-économique du pays.

La Sécurité de toutes et tous réside dans le dialogue, le respect mutuel et les partenariats économiques en faveur d’un développement humain plus juste et pérenne.

Mesdames et Messieurs les Membres de la Commission,
Nous attendons que vous vous mettiez rapidement au travail en suivant la méthodologie commune au processus de désarmement et de réinsertion, en vue de faciliter l’établissement d’un climat de paix et de sécurité dans les quartiers si souvent identifiés comme des zones de non-droit, ces endroits où les lois de la République semblent n’avoir pas prise.
Nos agents de police qui effectuent un travail remarquable dans des situations difficiles doivent être soutenus. La CNDDR viendra en appui à la PNH en identifiant les sources profondes de l’insécurité, en démantelant les gangs armés qui sont souvent en connexion avec le trafic de drogue, le crime organisé, la criminalité transfrontalière, la contrebande, le blanchiment de capitaux, la traite d’êtres humains, etc.

Ayiti dwe yon kote tout moun ta renmen viv ladann. Men pou sa, nou bezwen lapè ak kè poze. Desten nou tout makonnen. Se nou tout ansanm ki pou konstwi peyi nou. Ansanm pou nou retire plis pase yon milyon fanm ak gason nan mizè epi fè yo rejwenn diyite yo kòm moun. Map envite nou maten an, travay nan tèt kole ak Leta pou lapè, linyon ak jistis sosyal kapab vini yon reyalite.

Mesdames et Messieurs les Commissaires,
Votre mandat est consigné dans l’arrêté du 28 août 2006 qui vous confie la mission de coordonner et d’appliquer la politique de l’Etat en matière de désarmement et de démantèlement des groupes illégalement armés et de faciliter la réinsertion des individus désarmés. La force d’un pays repose sur les femmes et les hommes, ses filles et ses fils qui peuvent faire avancer les choses. Aujourd’hui vous représentez cette force. Aujourd’hui, les armes illégales qui sont en circulation constituent des entraves à la paix et à la sécurité des vies et des biens. En mettant en œuvre la politique du Gouvernement en matière de désarmement et de réinsertion, en vous alliant aux institutions nationales compétentes, aux acteurs de la société civile et à nos partenaires de la communauté internationale vous permettrez à nos concitoyennes et à nos concitoyens de circuler d’un point à un autre sur le territoire sans inquiétude ; vous permettrez que la vie reprenne, que les affaires se développent et prospèrent.

Se ansanm n ap jwenn pi bon metòd ak mwayen pou moun ki gen zam ilegal nan men yo kapab remèt yo. Se ansanm pou nou mete sou pye bon jan pwogram pou pèmèt moun sa yo rejwenn plas yo nan sosyete a. Leta konte sou angajman ak lidèship chak grenn manb komisyon an pou travay la byen fèt.

De son côté, le Gouvernement continuera à renforcer le service de renseignement, le contrôle dans nos ports, nos aéroports et sur toutes nos frontières. La Police nationale doit intensifier ses patrouilles et ses contrôles inopinés à la frontière et dans les ports de la république. Tout doit être fait pour assécher la source d’alimentation du marché illégal d’armes et de munitions et pour trainer les coupables devant la justice.

Frèm ak sèm yo,
M pap janm sispann repete l : san lapè, pap gen pwogrè ak devlopman. Se pou sa Leta ap ranfòse pwogram sosyal li yo nan zòn ki pi sansib yo yon fason pou retire moun nan prekarite ki souvan fè yo lage nan zak briganday ak nan fè bandi.

Leta dwe ofri timoun yo ak jèn yo lòt altènativ, dwe gen opòtinite ki bay espwa demen ap miyò. Leta dwe retire zam ki nan men yo pou ranplase y opa pèl, tiwèl, mato, goyin, kaye ak kreyon ak liv, penso, egwiy ak fil, elatriye. Se konsa sèlman na ka bay demokrasi jarèt. Konsa sèlman lapè sosyal ak estabilite ak tabli. Se konsa n ap ka retire polilasyon an nan chomaj, konsa n ap ka kreye richès.

Mesdames et Messieurs les Commissaires,
La nation compte sur vous ! Travaillons ensemble. Agissons vite bien pour la paix et la stabilité. Je vous souhaite bon travail et bon succès dans votre mission au service de notre pays.

Merci !