ALLOCUTION DE S.E.M. JOVENEL MOÏSE A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE GRADUATION DE LA 29EME PROMOTION DE LA PNH  

Je suis très heureux, ce matin, de prendre part à la cérémonie de graduation de la 29e promotion de la Police Nationale d’Haïti PNH). Quand des jeunes, hommes et femmes, font le choix de servir la nation au sein des forces de sécurité, ils prennent un engagement parmi les plus importants qui soient pour la République. La mission qu’ils se donnent d’assurer la sécurité des citoyens et la paix publique constitue la première des missions de l’Etat Moderne, sans quoi rien de bien, rien de grand n’est possible.
Pour protéger le droit des citoyens, attirer les investissements privés en quantités importantes, favoriser le développement économique et social, renforcer le statut et l’image du pays dans le monde, nous avons besoin d’une police professionnelle et d’une justice fonctionnelle. Avec la sortie de la 29e promotion, la Police Nationale d’Haïti poursuit l’objectif de réduire le déficit d’effectifs de l’institution qui l’empêche d’être présente convenablement sur tout le territoire. Une police au service de la population doit être présente dans toutes les villes et dans toutes les sections communales.
 
Mesdames et Messieurs
Le pays connaît depuis quelques mois une recrudescence des actes d’insécurité, notamment à l’entrée sud de Port-au-Prince. Policiers et policières de mon pays, les habitants de ces quartiers qui vivent l’insécurité au quotidien comptent sur vous pour leur garantir une paix durable. Je suis présent aujourd’hui pour signifier que le gouvernement écoute les cris de la population et dire que les instructions sont passées aux forces de l’ordre pour appréhender tous ceux qui nuisent à la paix publique dans les quartiers en y établissant ou y faisant fonctionner des entreprises criminelles.
Je suis présent à l’académie nationale de police pour affirmer que les repères moraux de notre société ne doivent pas être mis en déroute par des bandits qui ne reculent devant rien quand ils veulent mettre fin à la vie de nos concitoyens, violer nos enfants, tuer des mères et pères de famille ou incendier les maisons ou détruire les biens des citoyens. Ces actes ignobles ne doivent pas et ne peuvent être tolérés. Ils doivent être punis avec la rigueur de la loi. De l’ordre dans les quartiers, nous en avons besoin ! De la paix dans les esprits, on doit travailler pour la redonner à la population. Ce sont des demandes légitimes de la population et les forces de sécurité ont un rôle important à jouer dans ces domaines.
 
Chers compatriotes, fonctionnaires de police,
Pour que le pays aille de l’avant, il est nécessaire d’accrocher la jeune génération aux valeurs de la morale républicaine. Ce qui nous demande de lutter contre la montée des actes d’insécurité et le trafic de la drogue. Bien évidement, la lutte contre la violence et la lutte contre le trafic, le vol et le cambriolage constituent des points importants sur lesquels la PNH doit redoubler d’effort afin d’apporter la tranquillité d’esprit chez nos concitoyens.
Policières et policiers frais émoulus de cette 29ème promotion de la Police Nationale d’Haïti, vous avez choisi un métier qui a pour devise « protéger et servir ». Comme vous le savez, ce métier est apprécié par nos concitoyens parce qu’être policier, c’est être disponible pour secourir les personnes qui sont en danger.
Après des mois de formation précédés d’un long processus de sélection, vous voilà ! enfin, policières et policiers. A ce titre, vous serez le rempart contre tout ce qui pourrait ébranler la société et en saper les valeurs auxquelles nous nous attachons.
Vous avez, au cours de votre passage à l’école nationale de police fait la preuve de votre capacité d’apprentissage et d’adaptation à un corps de sécurité. Au cours de votre formation, vous avez reçu des enseignements vous préparant à l’exercice du métier de policier. Vous avez également exploré des domaines complémentaires qui faciliteront votre travail dans un contexte de plus en plus élargi de votre profession. Les savoirs spécifiques ainsi que les compétences transversales que vous avez acquis pendant la formation, vous permettront de remplir vos obligations professionnelles et de contribuer à la consolidation d’une société démocratique
Vous avez choisi d’aider la population dans une sphère importante de la souveraineté nationale et d’engager votre carrière professionnelle au service de l’Etat de droit, souvent au prix de lourds sacrifices. Au nom de la Nation toute entière, je vous dis merci. En optant pour la formation en sciences policières, vous avez fait le choix d’exercer la fonction de gardiens de la loi et de devenir des acteurs vigilants de la sécurité de nos concitoyens.
Le métier de policier est exigeant et réclame de vous un sens élevé de responsabilité dans l’accomplissement de vos devoirs de maintien de l’ordre et de sécurité publique, de protection des biens et des personnes et de respect des droits humains.
Je veux vous rappeler que tout policier doit respecter les lois et les règlements, respecter des institutions du pays et avoir une conduite, une attitude et des comportements exemplaires.
 
Mesdames et Messieurs du haut commandement de la police nationale
 
Nos concitoyens ont des attentes de leur force de police. Les notes qui me parviennent à mon bureau au Palais National, disent combien l’attente de la population en matière de sécurité est grande. La population ne comprend pas qu’un groupe de caïds et de criminels peut lancer des défis à sa force publique de sécurité au vu et au su de tout le monde sans être inquiétés ou appréhendés.
Il est nécessaire que la PNH intensifie ses opérations afin de sécuriser les zones où la violence quotidienne a augmenté. Les citoyens des quartiers qui vivent dans l’angoisse accueillent avec beaucoup de satisfaction la présence des patrouilles policières. Il est indispensable que ces dernières soient intensifiées et très visibles dans la ville.
Avec l’année électorale qui s’annonce, l’enjeu sécuritaire exige que les actions de prévention de la PNH soient renforcées. Notre institution policière sera évaluée à l’aune de sa capacité à mettre en place un environnement sécuritaire approprié pour la tenue d’élections libres, honnêtes et transparentes.
 
Monsieur le Directeur Général de la Police Nationale,
Je sais que vous avez beaucoup de responsabilité en étant à la tête d’une institution qui doit restaurer la confiance des citoyens vivant dans les quartiers qui sont victimes des actes de banditisme, faire reculer les violences, les incivilités, traquer les trafiquants et les délinquants et sanctionner les chauffeurs indisciplinés qui font courir des risques aux usagers de la route. Je sais que le travail n’est pas facile. Mais les habitants de nos quartiers demandent en urgence de l’impulsion, de la mobilisation et de l’action pour venir à bout des actes de banditisme et de criminalité qui dérangent la vie civile dans leurs quartiers.
Je suis conscient que la Direction Générale fait son possible pour obtenir l’engagement des agents de l’ordre tout en recherchant la cohésion et la solidarité dans le corps de police, mais l’insécurité est nuisible au bon fonctionnement de l’économie et de la vie sociale.
Les citoyens accordent beaucoup d’importance à la mission de sécurisation qui est confiée à la PNH. Ma présence, ici ce matin, dans ce lieu de formation est tout un symbole. Elle est significative de mon attachement à cette institution et du rôle que je m’engage à lui faire jouer pour aider au relèvement de la Nation.
 
On a besoin d’une mobilisation efficace et efficiente des différentes unités et des effectifs de la Police nationale pour mieux répondre à la forte exigence de sécurité des Haïtiens. Ce qui demande, Monsieur le Directeur Général, un meilleur redéploiement des policiers, quitte à rappeler les policiers qui sont, je dirais, en nombre élevé en détachement auprès des personnalités publiques. Si la sécurité globale est assurée on n’aura pas besoin d’affecter un policier à tous les gens qui occupent des postes supérieurs au sein de l’administration. La population demande une meilleure affectation des policiers. J’ai entendu le cri de nos concitoyens. Une démocratie qui se respecte doit garantir le même droit à la protection à tous les citoyens et un accès équitable aux services publics de sécurité.
Pour un travail efficace, il est important de renforcer le lien de confiance entre la PNH et la population. On le sait bien, ce lien ne peut être obtenu que par la présence des policiers sur le terrain, ce qui demande une présence visible et un contact aussi fréquent et diversifié que possible avec les habitants. Ce contact régulier permettra de résoudre des problèmes de sécurité collective, réduire la perception de l’insécurité et gérer les tensions en cas de situation difficile dans les quartiers.
Le nouveau gouvernement est instruit à l’effet d’inscrire dans la liste des priorités du budget 2018-2019 les besoins de moyens additionnels pour renforcer les forces de sécurité et en particulier de la police nationale.
Je salue le travail du Haut Etat Major pour l’élaboration du dernier plan stratégique 2017-2021. Des moyens doivent être dégagés dans le budget 2018-2019 pour faciliter le début de mise en œuvre de ce plan, qui présente l’avantage d’intégrer des approches de police communautaire, la dimension genre et de police rurale dans ses objectifs. Le nouveau budget doit être articulé de telle sorte qu’il prenne en compte ces nouvelles orientations.
La polis se yonn nan enstitisyon ki pi enpotan nan peyi a. Nou dwe bay polisye yo anpil respè, bay travay yo ap fè a anpil valè. Pou nou devlope Ayiti, pou nou tout viv nan respè yonn pou lòt, nou bezwen enstitisyon sa a. Nou bezwen lapolis pou fè respekte dwa nou, pou gen lapè ak sekirite nan peyi a pou entrepriz yo ka envesti, kreye travay, pou touris ka vini.
Mwen salye travay chak polisye. Map mande polisye yo fè plis jefò pou konbat ensekirite, mete bandi anba kòd, remèt yo bay lajistis. Jefò lapolis la ap pèmèt nou diminye santiman ensekirite ki blayi kay kèk konpatriyòt. Pou nou rive fè travay sa a, nou bezwen anpil metòd ak pèseverans. Nou bezwen kwè nan peyi nou pou pitit li sispan kouri kitel nan nenpòt ki kondisyon. Nou bezwen peyi n rejwenn diyite et respè kel merite nan rapò l avek lot peyi. Se lè gen la pè ak estabilite ke bagay sa yo ap posib.
Se pou tet sa mw déjà mande Premye Minis lan pou debrouye kon met janjak pou kondisyon lapolis la fè yon bon jan amelyore. Anplis de kay ke EPPLS déjà pran tout dispozisyon poul fè nan tout kote nan peyi ya pou polisye ki panko genyen kay pou rete avek fanmiy yo nan bon kondisyon, map mande pou genyen yon bon jan amelyorasyon nan salè tout polisye sitou sak ki touche mwens yo. Fok sa reflete nan pwochen bidje a.
 
Policiers et policières
Vous êtes dans une période difficile qui demande à la PNH plus de réactivité, d’efficacité et plus de sécurité afin de prévenir les actes de banditisme et de délinquance. Vous avez choisi d’exercer un métier qui fait de vous des dépositaires de l’autorité publique. Par le port de votre uniforme, vous incarnez cette autorité que l’Etat vous confie. Je vous demande d’en être les gardiens scrupuleux et d’être fiers de votre uniforme.
La Nation attend beaucoup de vous.
Je vous remercie